Nos militants dans l’antre de la démocratie hollandaise

 

Belle prestation de nos militants du 20 février.

Ils ont tout simplement investi l’antre de la démocratie hollandaise, le parlement, pour y tenir une conférence de presse,  sur la situation politique au Maroc

Ils ont, ainsi, pu expliciter la position du mouvement, concernant la tenue,  le 25 novembre  des élections législatives.

Mohamed Rabbae, ex-parlementaire hollandais et membre du mouvement, a ouvert la conférence, qui s’est tenue dans une des salles d’audition,  en résumant les causes qui ont poussé le mouvement à boycotter l’échéance électorale prochaine.

« Aucun changement digne de ce nom, n’est intervenu,  au Maroc, qui justifierait que les marocains prennent part à cette consultation. » a dit en substance le militant, avant d’ajouter que c’est « toujours au Ministère de l’intérieur qu’il revient d’organiser, dans sa totalité, le processus des élections ».

Mohamed Rabbae  a, également, dénoncé la présence à la tête des institutions de l’Etat marocain de ceux, qu’il a qualifiés de « symboles de la corruption ».

Enfin, il a déploré que « la classe politique marocaine et les partis, incapables de se régénérer, continuent de reproduire les mêmes discours et reconduire, à leur tête, les mêmes personnes conspuées, pourtant,  par la rue. »

Intervenant, de son côté, le porte-parole du mouvement, Mohamed Jaafar, a insisté sur « la nécessité impérieuse de poursuivre la lutte et les pressions en vue de la libération des prisonniers politiques, dont Moad « Lhaqed » et du journaliste Rachid Nini. ».

Jaafar a dénoncé l’immobilisme de la situation des droits de l’homme, « la nouvelle ère est  le théâtre d’arrestations politiques et de répression de la presse, selon les organisations internationales des droits de l’hommes. »

Autre invité à cette conférence de presse, l’Ingénieur, Ahmed Benseddik, qui a souligné le rôle crucial des militants du mouvement du 20 février, à l’Etranger, qu’il a invités à accentuer la pression sur le régime pour qu’il se plie aux revendications du peuple marocain.

Benseddik, de passage à  Bruxelles,  s’était rendu aux Pays-Bas, en compagnie de Tarik El Makni.

Il  s’est expliqué sur les raisons qui l’ont poussé à retirer son allégeance au roi et a conclu son intervention, en rappelant que « Le mélange du pouvoir et de l’argent, étaient à l’origine de tous les maux du Maroc.

Abdelmonaim Moussaoui, militant tangérois du mouvement, a réitéré « la recommandation du 20 février de boycotter les élections législatives prochaines. Nous menons une campagne  de sensibilisation, dans ce sens,  dans toutes les villes du royaume. »

Il a rappelé au passage, que le mouvement avait déjà boycotté le référendum.

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s