De « l’excellence » de nos relations avec l’Espagne

« Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, et le ministre espagnol de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement, Miguel Arias Canete, ont convenu d’approfondir la coopération bilatérale dans les domaines agricole et halieutique. »

C’est le texte produit par la MAP pour illustrer les propos des deux responsables, au cours de l’entretien téléphonique qu’ils ont eus lundi dernier.

On se demande en quoi le Maroc aurait à gagner, dans la reconduction de l’accord de pêche avec l’Europe, accord destiné, pour l’essentiel à sauver la mise à l’industrie de la pêche espagnole, qui se comporte dans nos eaux territoriales en terrain conquis, pillant sans vergogne nos ressources halieutiques et privant nos artisans pêcheurs de leurs ressources et nos compatriotes de l’accès à un prix abordable du poisson.

Concernant l’agriculture, les accords qui ne manquent pas, non plus, de soulever l’indignation de la communauté internationale, participent du pillage des ressources en eau et en terres agricoles, confisquées au profit du roi, de ses suppôts makhzéniens et des multinationales françaises, comme le groupe Azura. Accord essentiellement destiné à privilégier les fruits et légumes de ces derniers plutôt que des petits producteurs marocains, contribuant à l’enrichissement illégal du roi et de ses complices dans la prédation économique.

Il est, au demeurant, pour le moins étrange que l’Espagne qui s’arc-boute sur ses positions,  lorsqu’il s’agit d’aborder le chapitre des présides occupés de Sebta ou Melilia et qui ne manque jamais une occasion d’agonir le Maroc sur le dossier de son Sahara, redécouvre, tout d’un coup, les vertus du dialogue, lorsqu’un pan de son économie se trouve en péril.

Le ministre espagnol semble découvrir, en effet, « l’importance d’instaurer une relation renforcée et durable dictée par les objectifs et les ambitions partagés par Rabat et Madrid » selon la MAP.

On le serait à moins !

Cette affaire nous instruira sur la capacité du gouvernement de Benkirane à privilégier les intérêts du peuple marocain,   plutôt que ceux du roi et ses partenaires, et sur sa volonté de privilégier  la protection de notre environnement et de nos ressources, plutôt que le bien-être économique des pêcheurs européens.

Affaire à suivre !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s