Pour que Moumni, ne fasse pas oublier Taza

La cocotte minute était au paroxysme de la pression !

Il fallait faire diversion, détourner le regard de tous,  de cette maudite ville de Taza !

Donner, d’urgence,  un gage !

C’est le « Mouloud » qui apporte, au régime, le prétexte qu’il lui fallait,  pour lâcher du lest, sans perdre la face:  la libération de Zakaria Moumni, ce champion du monde de boxe Thaïe, arrêté, brutalisé, torturé, emprisonné et condamné à vingt mois d’incarcération, pour avoir osé interpeller le roi,  jusque sous les fenêtres de sa résidence française de Betz, en France pour lui rappeler, les engagements contenus dans le décret du 9 mars 1967, qui stipule son droit à un poste de conseiller sportif au sein de la Fédération marocaine.

Le Roi des sportifs » ou encore «  Le sportif numéro Un»,  selon la formule consacrée  a très peu goûté cette interpellation.  Le traquenard monté de toute pièce, accusant le champion d’avoir escroqué………………des fantômes, en dit long sur les méthodes du régime qui continue de piocher dans les rubriques des voyous son arsenal répressif.

Zakaria est libre !

Un long combat s’achève !

Un autre débute,  pour l’innocenter,  définitivement,  démontrer le complot, en démasquer les initiateurs et obtenir réparation des sévices physiques, de la torture morale et de la privation de liberté.  Autant le dire,  la somme d’épreuves qu’il reste à franchir, pour le couple Moumni, et son comité de soutien, ressemble à un chemin de croix, tant se heurter à la muraille du Makhzen relève de l’exploit.

En  dénouant une facette de cette tragédie, le régime marocain tente de nous en faire oublier une autre,  qui menace de tout emporter,  à force d’injustice consommée. Celle des violences de Taza.

Dans cette sombre affaire qui est loin de  son achèvement, le makhzen  s’est  une fois de plus, s’il en fallait, comporté en archétype parfait d’une quelconque administration coloniale. Ce qui avait commencé par un sit-in de diplômés chômeurs venus faire monstration de leurs souffrances, s’est terminé en guérilla urbaine avec son cortège d’affrontements, de blessés, de destructions et de déprédations.

Les policiers se sont comportés comme de vulgaires sicaires, de  parfaits voyous,  dans leur tentative de disperser les manifestants. Gourdins, balles en caoutchouc, gaz lacrymogènes en tir tendu, frondes à pierre. Puis la nuit venue, extinction des feux, acheminement de forces de police d’autres régions pour éviter toute fraternisation avec la population, instauration du couvre-feu,  encerclement de quartiers entiers,  ratissage des rues,  irruption dans les maisons, bastonnade de leurs occupants,  sans distinction de sexe ou d’âge, menaces de viols, saccage des meubles, dégradation des compteurs d’eau et d’électricité.

Qui a parlé d’indépendance ? Qui ose encore évoquer une quelconque citoyenneté ?

Une image qui tourne en boucle sur la toile, illustre parfaitement,  l’acharnement criminels des policiers sur les citoyens. On y voit, clairement,  un homme à terre, sur lequel s’acharne un policier,  à coups de pieds, pendant que le second, qui se trouve derrière lui, brandit le « Tonfa », cette matraque anti-émeutes, en la tenant coté bâton et non par le manche, ce qui la transforme en arme contondante redoutable, capable d’enfoncer la boîte crânienne ou d’infliger des lésions internes très graves.

Tenaillé par le Syndrôme de ce Rif, tout proche,  qui le hante depuis toujours, le régime a déployé tout l’arsenal de terreur du parfait colonisateur. Les policiers et  leurs supplétifs par milliers, auront agi,  comme les forces d’occupation d’antan.

Une seule différence. Elle est de taille : les tortionnaires qui répandent la terreur, ces nuits-là,  parlent, cette fois,  la même langue que leurs victimes.

Le nouveau chef du gouvernement, visiblement dépassé par la sauvagerie aveugle avec laquelle les forces de l’ordre, ont réprimé la population misérable,  s’est soudain, souvenu qu’il pouvait  trouver « une oreille attentive » et se déclarer : « décidé à rencontrer les diplômés chômeurs,  pour les écouter et dialoguer avec eux. »

L’avenir dira si le chef du gouvernement  possède l’ouïe dont il sa vante et si son organe auditif aura la capacité d’entendre  les centaines de milliers de poitrines qui s’escriment à rappeler,  au pouvoir marocain que près de soixante dix ans après la fin du colonialisme français, les marocains continuent de subir les assiduités son successeur, le colonialisme Alaoui

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s