Des promesses, des « Homoflexus » et des matraques

La semaine qui s’achève nous aura apporté l’enseignement qu’au Maroc, la vie est un long fleuve, dont le lit charrie les dictateurs de père en fils, sans assurance jamais, que les rejetons, malgré tout ce que peut prétendre la génétique moderne, ne soient meilleurs, ni plus intelligents que leurs géniteurs. Exception marocaine oblige !

En moins de trois jours, nous avons eu droit au déroulement complet de la panoplie de la dictature, entre beaux discours, allégeance prétendue du peuple et coups de trique.

Lundi,  le roi a entamé la semaine par un discours qu’il semblait, découvrir pour la première fois, preuve s’il en était, que les promesses qu’il contient, resteront une fois de plus lettre morte.

Mohammed VI y découvre que son pays compte  beaucoup de jeunes et des résidents à l’Etranger. Il omet  de préciser que pendant plus d’une décennie, il a envoyé aux premiers ses sicaires réprimer leurs manifestations d’indignation et aux seconds,  ses corrompus de tous bords,  encadrer leurs  associations vidées de toute substance, pour en faire les caisses de résonance du régime mafieux de Rabat.

Les promesses n’engageant que ceux qui veulent bien y croire, la monarchie marocaine promet tout et tient son contraire depuis si longtemps, qu’elle en a perdu toute crédibilité, d’autant que la crise économique qui n’aura épargné aucun pays interdit pour un bon moment,  de croire à la véracité de tout projet de redressement.

Tant de balivernes bégayées, n’auront donc trompé personne, le seul but de l’exercice étant de faire naviguer les esprits de nos compatriotes, d’illusions perdues en espérance prochaine.

Mardi, à Rabat et plus précisément dans l’enceinte du Méchouar, dont la légende véhiculée par le Makhzen voudrait qu’il soit  heureux,  se déroulait une cérémonie dont le monde entier nous envie la bouffonnerie. Une sorte de « Djellaba-party »,   donnée par le locataire des lieux. Il s’agissait de se déguiser tout comme le feraient des enfants,  un mercredi après-midi. Sauf que là, il n’était plus question de gigoter au rythme de la danse du canard,  déguster  des nougats et siroter des jus de fruits, mais de rendre un hommage appuyé et éhonté à un seul homme, sous la forme d’une prosternation qui n’a rien à envier à celle due aux divinités. Et pour mieux s’apparenter à un corps divin, l’acteur principal de cette abomination,  s’était paré d’une tenue jaune canari, qui rendrait jaloux l’astre solaire lui-même.

Détail révoltant, l’allégeance est déclamée au nom du peuple marocain, province par province, au fur et à mesure que les élites s’inclinent face au roi.  Une pure escroquerie qui n’aura pas échappé à la majorité écrasante de nos compatriotes révoltés par cette pratique moyenâgeuse, menée en leur nom, sans qu’ils n’en aient expressément donné mandat à l’un ou l’autre des participants !

Ce cérémonial  au goût de ridicule n’aura pas, le moins du monde,  gêné le chef du gouvernement  marocain qui s’y est prêté avec le zéle suspect qu’on lui connaît,  lorsqu’il s’agit de rendre grâce au monarque. Il y a quelques mois, pourtant, notre homme s’offusquait de la perpétuation de ce genre de pratiques indignes du vingt et unième siècle.

Voilà le PJD confronté donc à son impuissance et définitivement rangé à l’ombre de la dictature, sur un socle pitoyable de  lâcheté et  de compromission.

Si quelqu’un nourrissait encore des doutes sur la fatuité de la monarchie, son inutilité ou sa propension à vivre au-dessus de nos moyens, il n’aurait qu’à visionner les images de ce mardi frappé du sceau de l’indécence et de la honte.

Rien moins qu’un bon millier de serviteurs, aura été nécessaire pour encadrer un aréopage d’ « Homoflexus », cette race d’hommes serviles, incompétents, pour la plupart corrompus et à la nuque particulièrement souple, voulue par le régime pour servir ses pompes.

Côté pile de la caméra, une noria de voitures, de limousines, de camions, de provisions, de boissons et une débauche de moyens techniques et matériels auront été nécessaires pour l’accomplissement  de cet événement, dont le Maroc aurait du faire l’économie.

Quand le trésor public doit faire l’aumône auprès des instances internationales, le roi convoque ses thuriféraires à des cérémonies dont le faste et les dépenses somptuaires nous valent les critiques et les quolibets du monde entier. Une fortune partie en fumée, des heures de service et des bras qui auraient pu servir utilement ailleurs !

Ce diplomate français me rappelait, combien il lui était pénible, lorsqu’il était en poste à Rabat,  de se rendre à ce genre d’événements qu’il jugeait particulièrement   indécent, m’expliquant comment il usait de prétextes, afin de ne pas assister aux festins qui suivaient et  dont il savait pertinemment qu’ils étaient financés par le peuple, lequel n’y était jamais convié !

Le mercredi, fut le point d’orgue de ces trois jours mémorables, lorsqu’une poignée de citoyens indignés ont décidé de mener,  face au parlement, une parodie d’allégeance, histoire de dénoncer celle de la veille.

Mais les dictateurs sont réputés détester la caricature et la parodie. Elles dissipent  l’aura de sacralité et d’intouchabilité dont ils aiment à s’entourer.

Le militant Younès Derraz,  frappé, jeté à terre, piétiné et délesté de son sac à dos  par des policiers  chapardeurs  

Plus de discours, ni de belles paroles. Le masque est tombé brutalement et le rideau s’est levé sur la sauvagerie habituelle orchestrée par des policiers voyous qui, non contents de tabasser indistinctement tous ceux qui se trouvaient sur leur passage, s’en sont également pris à leurs biens, confisquant, à tour de bras, sacs, appareils photo, et téléphones portables. Une pratique désormais largement courue par les forces de l’ordre à chaque reprise en main de manifestations ou d’émeutes ! Même au jeu du gendarme et du voleur, le Maroc fait exception.

En moins de trois jours, le régime marocain aura donc réussi l’exploit de mettre en lumière ses mensonges, ses turpitudes et ses errements et raviver la flamme de la contestation qui s’était assoupie le temps d’un été.  A lire la presse et la toile, il n’aura pas, non plus échappé à la communauté internationale qu’il a décidément beaucoup de peine à se départir de  ses méthodes héritées d’un autre âge. Une preuve de plus qu’il a, depuis longtemps, atteint  son degré de Peter !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des promesses, des « Homoflexus » et des matraques

  1. Asçotta WellCaball dit :

    Mohamed VI qu’Allah le maudisse, lors de son « […] discours qu’il semblait, découvrir pour la première fois» était en réalité en train de nous faire de la très mauvaise lecture d’un texte auquel, effectivement, il ne semblait pas comprendre grand’ chose.
    Notre Mohamed VI est bien trop nul pour lire correctement un discours écrit dans la langue du Coran. Il ne sera jamais capable de faire un discours (Oualawe’Beddarija !) et encore moins un discours dans la sacrée langue du Coran.

    Et sans rien comprendre à la génétique « moderne » j’ose affirmer que celle-ci n’a jamais prétendu que les « rejetons […] soient meilleurs, ni plus intelligents que leurs géniteurs. »
    Dans la VRAIE VIE, on peut voir des rejetons complètement « dégénérés » (voire non viables) naître de parents très bien adaptés dans leur environnement ! C’est le cas pour Mohamed V et Hassan II, comme c’est le cas pour celui-ci et Mohamed VI !…C’est dire que les deux adjectifs (meilleurs et intelligents) n’ont tout simplement aucun sens dans la VRAIE VIE. Autrement dit, lorsque les rejetons s’avèrent « moins adaptés » à un environnement donné, ils finissent par disparaitre tout simplement. Plus précisément et en clair, pour la Nature, il n’y a pas de « meilleurs » ni de plus « intelligents ». Il y a des êtres qui sont adaptés à leur environnement et savent en tirer partie au maximum : dans ce cas, on les verra se multiplier et avoir des rejetons. Lorsqu’ils s’avèrent « inaptes » à la survie et à la reproduction dans leur environnement, ils finissent par disparaître tout simplement. Ou par immigrer (changer d’environnement) si les êtres en question sont marocains !…

    Je prends la liberté** de recopier 43 autres mots du texte de mon bon copain que j’appelle depuis mon premier coup de foudre au début du printemps du Rif et des Atlas, Bâ-Salah : «Ce diplomate français me rappelait, combien il lui était pénible […] de se rendre à ce genre d’événements qu’il jugeait particulièrement indécent […] aux festins qui suivaient et dont il savait pertinemment qu’ils étaient financés par le peuple, lequel n’y était jamais convié !»
    Voilà une jolie et riche phrase qui ne peut que vous mettre du Porto à la bouche !… J’étais persuadé que la suite ne serait que plus belle, plus amusante et plus intéressante encore.
    J’imaginais mon Bâ-Salah se lançant, armé de son riche vocabulaire et son limpide style dans l’explication qui intéresserait et les français et leurs fidèles bougnoules au sommet de l’État-Alaoui : pourquoi l’État et la nation des Droits de l’Homme ont de tout temps (et jusqu’à la fin des temps ?) soutenu « l’Empire chérifien » et ses sultans qu’ils ont choisis avec art et savoir ! Force est de constater que mon imagination m’a joué un méchant tour, un de plus.
    Le premier sultan INTRÔNISÉ par la France est Youssef, choisi et mis sur le trône par LYAUTEY, notre Premier Commissaire résident général. N’avait-il pas eu, ce Youssef, une « concubine » française* qui serait la mère d’un certain « Sultan » Mohamed Ben Youssef* (lui-même « mis sur le « trône » par le « khalifat » de Lyautey !…) ? N’était-ce pas Lyautey (donc la France) qui remettait à l’ordre du jour tout ce folklore et cette Bay’â (Que les sultans Alaoui avaient presque oubliée et que notre diplomate trouve « pénible, lorsqu’il était en poste à Rabat […]») dignes de l’Empire chérifien comme il se plaisait à désigner le Maroc Utile et inutile, le grand Lyautey ?
    Et ce « sultan Ben Youssef» père-officiel** (du  » futur Roi Hassan II ») et son fils qui l’aurait assassiné avec l’aide de sa mère, n’ont-ils pas été soutenus par la République jusqu’au jour de la farce et attrape de « l’exil-le-jour-de-l’aïd» avec pas moins de vingt-huit concubines ?…
    Peu importe que la République et ses diplomates aient été de droite, du centre ou de gauche, la France et ses représentants ont TOUJOURS ET DEPUIS le 30 mars 1912, soutenu Le Palais, ses crimes et tout son folklore !…

    Oui, j’aurais souhaité qu’avec toutes ses bonnes relations, mon ami Bâ-Salah, puisse aider ses compatriotes comme moi, à comprendre pourquoi LA FRANCE (Et un diplomate s’exprime très souvent, pour ne pas dire automatiquement, au nom de son pays.) a tout fait pour garder aux bougnoules leur SULTAN alors qu’elle n’a pas hésité à « éliminer » des « Chefs d’État » bien moins « archaïques » chez nos voisins algériens ou tunisiens au XIXème et au XXème siècle ? Et un Kadhafi, en 2011 et, très probablement, un Assad demain ?…
    Était-ce aussi « PÉNIBLE » pour la France de doter le Maroc d’un État moderne (Avec « check & balance » & sans ce folklore d’une cour du Moyen-âge.) que pour notre « diplomate »[…] de se rendre à ce genre d’événements [la bay’â] » ?
    Était-ce « particulièrement indécent  » pour la France de faire toute la lumière sur l’assassinat de l’unique opposant « SÉRIEUX » Mehdi Ben Barka de la dynastie mafieuse (après Abdelkrim et d’autres assassinés comme Cheikh Al’Arabe)?…

    Voilà des questions auxquelles j’aurais invité un diplomate français à répondre s’il avait eu le malheur de compter parmi mes « relations » ; au lieu de laisser (notre diplomate) me réciter ce qu’il sait flatteur et plaisant à l’oreille de sujet de sa Majesté, Mohamed VI, l’assassin & tortionnaire des musulman(e)s.
    À BAS MOHAMED VI, LE ROI DES FRANÇAIS ! Autant que l’étaient Hassan II, Mohamed V et l’ancêtre Youssef !
    À BAS MOHAMED VI, l’assassin & tortionnaire des musulmans autant que le sont YOUSSEF, BEN YOUSSEF & HASSAN II.

    * Confidences du médecin personnel de Ben Youssef à un auteur.
    ** D’écrire ces 955 mots pour me rappeler au bon souvenir d’une « grande révolutionnaire du Maroc moderne», Aïcha del Piix’ qui trouvait qu’Asçotta critiquait TOUT & TOUT LE MONDE : avouons qu’elle n’a pas tort !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s