Et sous la cendre, couve encore l’espoir !

 

Ecrit par Fatima Ifriqi

 

Que reste-t-il du « Vingt février » ?

Question récurrente qui n’en finit plus de tarauder les ennemis de la liberté.

Ils ne s’y sont pas trompés, car pour brûlante qu’elle soit, l’interrogation n’en est pas moins une réponse éloquente que le mouvement vit encore dans le cœur des marocains, n’en déplaise à ceux qui croyaient l’en avoir définitivement extirpé.

Le rêve est encore possible car tout comme le feu, le Mouvement  renaît de ses cendres, à chaque indignité de nos gouvernants et revient terroriser les corrompus et hanter leur sommeil du cauchemar d’un retour prochain du Printemps, dans les rues de nos villes.

« Qu’est-il advenu des leaders du Vingt Février ? », titrait donc, l’autre jour « Al Ittihad Al Ichtiraki », d’une plume de faux-cul. Sournoise et hypocrite, mouillée d’acide revanchard.

Le papier aurait pourtant grandi le factotum anonyme qui l’a vomi, s’il avait osé mener une véritable enquête journalistique sur les comportements de nos hommes  politiques, leur opportunisme sans limites, leurs basses combines, leur enrichissement scandaleux, et leur trahison des aspirations du peuple marocain.

La question aurait pu passer pour légitime, si la réponse qui en a été faite, ne fut ce torchon se réjouissant des malheurs et des déconvenues présumés des militants et qui rappelle à s’y méprendre, de vulgaires fiches de police, dressées par un service de renseignement de bas étage, épiant les faits et gestes d’honnêtes citoyens.

Le plus choquant dans l’article, n’est pas tant l’absence éhontée de toute éthique ou les atteintes à la vie privée, mais bien cette distillation tronquée  de la réalité du mouvement et de sa philosophie et la tentative misérable, de réduire son impact parmi la population, à la portion congrue.

En occultant le fait que le Vingt Février est avant tout l’émanation du peuple et l’expression de ses souffrances, le journal tente d’en dispenser l’image réductrice d’une pâle copie avortée des autres soulèvements qui ont agité la région. Une grossière tentative d’égarer l’opinion publique en lui faisant croire que le Mouvement décrit comme illégitime et fragile, n’existe qu’à travers  les gesticulations de quelques désespérés, incapable de mener à bien leur carrière professionnelle et à plus forte raison un soulèvement populaire.

 

Abdelilah BELKZIZ, professeur et penseur marocain disait dans la bouche du  héros de son livre intitulé  «LE MOUVEMENT » :

-«  Le Mouvement est une manifestation de la société civile qui a un impact certain sur la vie de la Nation et son avenir politique……Il ne s’arrête pas à l’action d’une dizaine d’activistes, dispersés ici et là et qui se regroupent et se concertent pour se donner ou non l’absolution. Car s’il ne dépendait que de ceux-là, il aurait signé, depuis longtemps, sa propre disparition. »

L’enseignant poursuit en rappelant que ce sont les différences des forces et des courants qui animent le Vingt Février qui sont sa plus grande richesse,  la clé de son succès. Ils ont largement contribué à en faire  le mouvement populaire qu’il est.

Qu’est-il advenu des leaders du Vingt Février ?  Qu’est-il advenu du peuple marocain ? aurait, sans doute, mieux collé aux événements qui secouent notre pays. Une question pertinente qui aurait mérité un tout autre traitement que la réponse pitoyable, apportée par ce quotidien qui nous avait, fut un temps, accoutumés à plus de professionnalisme et plus de courage.

Les excuses qui ont suivi ne changeront pas grand-chose à ce triste constat.

Interprété par Salah Elayoubi

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s