Les larmes du Sphinx et la onzième plaie de l’Egypte

Les larmes du Sphinx

Sur son plateau de Gizeh, du haut de ses vingt deux mètres, le sphinx, deux fois millénaire, pleure le désastre qui frappe sa patrie et dévore ses fils.

Le pays des Pharaons est à feu et à sang et l’incendie qui consume les villes riveraines du Nil, depuis la Haute Egypte, jusqu’à son delta, fait irrémédiablement penser à une colonne vertébrale, saisie d’une gigantesque inflammation. Réaction somme toute naturelle, d’un organisme sclérosé à force d’invasions et de dictatures, depuis les Pharaons jusqu’aux frères musulmans, en passant par les Grecs, les Romains, les Ottomans et les autres.

A naviguer ainsi, de la poigne d’une dictature, aux serres d’une tyrannie, Homo Aegyptus aura beau avoir inventé l’écriture, légué au monde un fabuleux trésor archéologique et contribué à faire sortir l’humanité de la Préhistoire, il n’en ignore pas moins les vertus du dialogue démocratique et du consensus national. A preuve, ces images accablantes d’un pays désormais scindé en deux clans qui n’échangent plus rien d’autre que des projectiles.

Et si le Sphinx se lamente tant, c’est qu’il craint par-dessus tout que la nouvelle plaie qui frappe son pays, ne tourne à la guerre civile et l’emporte à tout jamais, comme elle le fait de l’Irak et de la Syrie en menaçant le Liban, la Libye et la Tunisie.

Le rictus du Pharaon et la onzième plaie de l’Egypte

Du fond de sa cellule-mouroir, Hosni Moubarak s’en frotte les mains. Son procès vient d’être reporté au 25 août, au cours d’une audience éclair, samedi 17 août, à laquelle, l’intéressé n’assistait pas pour des raisons de sécurité. La répression impitoyable orchestrée par le Général El Sissi et les centaines de morts et de blessés qu’elle a engendrés apporte un répit inespéré au Raïs déchu et relègue les crimes qui lui sont imputés, à la catégorie amateur.

Passée la première étape qui consistait à démettre le Président démocratiquement élu, les militaires se sont attaqués, le 14 août, aux campements de ses partisans, faisant plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés, à travers tout le pays. Un bain de sang, dont le pays se serait bien passé.

Exit le Vice-Président Mohammed El-Baradeï, lauréat du prix Nobel de la paix, effrayé par l’ampleur du massacre perpétré par l’armée égyptienne. Et le Fonds Monétaire International (FMI) de bloquer les cinq (5) milliards de dollars de prêts prévus, faute d’interlocuteur politique fiable.

Exit aussi le fils de Mohamed Badie, guide suprême des frères musulmans, tué vendredi par les balles des forces de l’ordre, au Caire. Et la confrérie de jurer vengeance pour ses morts. Et le spectre de la « Gamaaâ islamya » de planer de nouveau sur le tourisme et ses sept (7) milliards de dollars de revenus.

Comme une avalanche

Exit également les investisseurs étrangers, dans une Egypte éternellement sous perfusion. Et les chiffres rouges de se nourrir les uns des autres, telle l’avalanche le fait des cristaux de neige qui la grossissent. Et les quinze (15) millions de touristes de 2011, de n’être plus qu’une dizaine, le taux de chômage de frôler les quinze (15) pour cent, l’inflation les huit (8) pour cent, le déficit budgétaire de gonfler de treize (13) pour cent du PIB, la dette pétrolière d’enfler à huit (8) milliards et les réserves de change de fondre comme neige au soleil, passant de trente six (36) milliards de dollars en 2011, à seize (16) milliards aujourd’hui. Tout juste de quoi tenir trois (3) mois de paiements des importations, pour un pays qui occupe la première place mondiale des pays importateurs de céréales.

Ce chapelet de catastrophes égrené, on comprend un peu mieux, que l’armée égyptienne qui se repaît du milliard et demi de dollars annuels d’aide américaine, depuis le traité de paix conclu entre l’Egypte et Israël en 1979, ait tout intérêt à reprendre le pays en main. Une armée affairiste et entrepreneuriale qui représente bon an, mal an, trente (30) à quarante (40) pour cent du PIB.

La revanche du « Royaume »

On comprend également, un peu mieux l’empressement de l’Arabie saoudite à soutenir le coup d’Etat militaire. A laisser l’Egypte plonger dans le chaos irréversible d’un scénario à l’Algérienne, le Royaume wahhabite y perdrait leur plus grand fief dans la région, labouré depuis plus de huit décennies par la confrérie des frères musulmans et que les événements lui offrent sur un plateau. Hamad Ben Khalifa et Hamad Ben Jassim, les deux parrains qataris « déposés », à l’instigation des Etats-Unis, Riyad reprend la main et tient sa revanche sur le Qatar, la Libye et la Turquie. Trois pays qui ont soutenu le Parti de la liberté et de la justice de Mohamed Morsi.

Et pour mieux enfoncer définitivement le coin, le Royaume wahhabite a promis d’injecter douze (12) milliards de dollars, soit huit (8) fois plus que ce que consacrent annuellement les Etats-Unis à la modernisation de l’armée égyptienne. Un soutien qui fait oublier au pays des pharaons, les huit (8) milliards du Qatar et au Général El Sissi, toute prudence, lorsqu’il inflige à Barack Obama le camouflet de refuser de le prendre au téléphone, le renvoyant vers le Président en exercice, Adly Mansour. Et pas plus Chuck Hagel, Secrétaire d’Etat à la défense, que Anne Patterson, l’ambassadrice américaine au Caire, qui n’ont cessé depuis jeudi dernier, de tenter de prendre langue avec leur allié Egyptien, ne sont arrivés à se faire entendre de ce dernier.

Au grand dam du clan républicain, qui l’accuse de manquer de courage dans cette affaire, Barack Obama se refuse toujours à évoquer le terme de coup d’Etat, synonyme de gel de l’aide américaine à l’Egypte. Le Président qui a fait dans le service minimum, en terme de déclarations, comme appeler les deux clans à la retenue ou au dialogue, aux premières heures du Pronunciamiento, s’est contenté, pour toute mesure de rétorsion, de geler les manœuvres militaires communes, « Bright Star », suite à l’assaut sanglant, Place Rabaa El Adaouyia, dans le souci évident, de ménager le Caire, partie prenante dans les négociations de paix israélo-palestiniennes. Des pourparlers dont le locataire de la Maison Blanche a fait le cheval de bataille de sa seconde mandature.

Prudence à Paris et durcissement de ton à Bruxelles

De son côté, la France, sixième partenaire de l’Egypte, son septième client et son premier investisseur, avec plus de cinquante mille (50.000) personnes employés, dans des secteurs aussi variés que les services, l’énergie, la construction ou l’industrie, a opté pour le service minimum, même si, par la voix de Laurent Fabius, elle a condamné « avec la plus grande fermeté les violences sanglantes intervenues en Egypte et demande un arrêt immédiat de la répression ». A Paris, où il flotte comme un parfum de soulagement à voir évincer Mohamed Morsi qui s’apprêtait à constitutionnaliser l’islamisation de l’Egypte, on préfère tout de même, jouer la prudence et renvoyer dos-à-dos l’armée et les Pro-Morsi. En appelant « toutes les parties à refuser l’engrenage des affrontements et à ouvrir sans délai un dialogue incluant l’ensemble des forces politiques égyptiennes pour trouver une issue démocratique à cette crise grave » et en réaffirmant « sa disponibilité immédiate pour favoriser ce dialogue », l’Hexagone tient donc à sauver ses intérêts, en déléguant à l’Union européenne, la prise de décisions spectaculaires. Le Quai d’Orsay se contente, pour le moment de déconseiller aux français de se rendre en Egypte et à ceux qui s’y trouvent déjà de le quitter ou d’éviter tout déplacement à travers le pays.

A Bruxelles, les deux responsables européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso sont apparus déterminés, affirmant que l’Union était prête à réexaminer ses relations avec l’Egypte, et que « Les affrontements doivent cesser immédiatement, et les prisonniers politiques doivent être libérés. » Pour amener les deux camps à la table des négociations. Bruxelles a donc opté pour un ton durci après le gel de son aide de cinq (5) milliards d’Euros à l’Egypte.

Silence souverain à Rabat

Pas besoin d’évoquer la ligue arabe qui s’est fourvoyée dans un silence assourdissant. Tout comme Rabat où Mohammed VI, qui s’était fourvoyé à applaudir au coup d’Etat militaire, contre un Président élu démocratiquement, observe à présent, un silence des plus empruntés. Diminué par le scandale DanielGate, et la décoration de Malcolm Hoenlein, un lobbyiste sioniste, au service de l’Etat d’Israël, le souverain marocain observe la plus grande circonspection dans l’affaire égyptienne, imité en cela, par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et les membres de son gouvernement, très peu empressés à prendre le contrepied du chef de l’Etat. A telle enseigne que le président du groupe PJD, à la Chambre des représentants, Abdellah Bouanou est intervenu dans l’hémicycle pour exiger du gouvernement marocain, qu’il sorte de sa léthargie et assume sa responsabilité sur les événements égyptiens et que la diplomatie marocaine se montre à la hauteur de la tâche qui lui incombe. Un pur prêche dans le désert !

Ce dimanche, alors qu’une marche de soutien aux frères musulmans égyptiens, baptisée « Légitimité », réunissait environ dix mille (10.000) personnes, à l’instigation du Parti de la Justice et du Développement, de la Jamaa al Adl Wal Ihssane et d’autres mouvances islamistes, les membres du gouvernement marocain, y compris ceux du PJD, ont brillé par leur absence, trahissant l’attitude ambigüe du Maroc.

Au Caire, et ailleurs où le couvre-feu ne semble pas avoir dissuadé les partisans du Président Morsi de prendre les rues d’assaut, bien malin qui peut affirmer avec certitude si les nombreux assassinats, les destructions de biens publics et les incendies des lieux de culte coptes, sont le fait des frères musulmans, ivres de vengeance ou de provocateurs agissant pour le compte de l’armée ? En attendant de répondre à cette question, une certitude demeure toutefois et qui semble propre à l’ensemble de ceux des pays de la région qui sont tombés de Charybde en Sylla : si les Islamistes ont très vite apporté la preuve de leur incompétence et de leur ambition coupable à vouloir islamiser le pays et le plonger dans l’obscurantisme, les militaires n’en ont pas moins été au-dessus de la réputation de brutalité qui leur colle à la peau. Il sera désormais difficile de faire confiance à un officier supérieur qui démet un président sorti des urnes et ordonne de massacrer ses compatriotes, avant de venir disserter tranquillement de démocratie devant les écrans de télévisions.

 

Les jours qui viennent seront déterminants pour l’avenir de l’Egypte. Ils nous diront si le Sphinx continuera de pleurer les morts à ses pieds ou si la onzième plaie d’Egypte prendra fin comme les précédentes, afin que la vie reprenne droit de cité, et le Nil le cours de son lit.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les larmes du Sphinx et la onzième plaie de l’Egypte

  1. Asçotta Bint ALKABALL dit :

  2. Asçotta Bint ALKABALL dit :

    Le Sphinx n’est pas seulement «deux fois millénaire» : Il aurait, semble-t-il, dans les 4 500 ans !…
    « For 45 centuries, the Great Sphinx has cast its enigmatic gaze over Egypts Giza plateau. This strange half-human, half-lion image has inspired countless fantastic theories about its origins. Nova’s expert team of archeologists, including Mark Lehner (director, Ancient Egypt Research Associates), carries out eye-opening experiments that reveal the techniques and incredible labor that was invested in the carving of this gigantic sculpture. » (*)

    Mais l’essentiel est ailleurs, n’est-ce pas.
    Mieux que le Sphinx peut-être : c’est grâce aux bibliothèques d’Alexandrie que l’Égypte et l’humanité ont pu lire les «livres sur la démocratie» que les philosophes grecques avaient écrits ; livres qui ont nourri les penseurs latins démocrates des PUISSANCES occidentales via les traductions arabes dès le Moyen âge.
    À quoi la traduction des penseurs grecques nous a-t-elle servi ?…
    À mieux nous spécialiser dans les « sciences » du fiqh !…

    Une bonne analyse (**) d’un connaisseur et voisin libanais : « Il pourrait y avoir de la violence en Égypte, mais point de guerre civile ouverte ».
    En effet : le peuple égyptien est un peuple de paysans depuis la domestication des plantes par les humains. Il n’était point difficile à une bande armée de le domestiquer. Un peu comme dans les 7 Samouraï de Kurosawa ou son remake hollywoodien, les 7 Mercenaires de John Sturges ! Pour se libérer de la bande qui venait les « TAXER » lorsqu’ils rentraient la récolte, bande de truands dirigée par Merciless Calvera dans le film américain, les paysans se sont adressés à des mercenaires étrangers, de braves américains épris de « dignité» et de « liberté» !…

    L’histoire enseigne que chaque fois qu’un envahisseur s’est présenté aux portes de l’Égypte, il a été « bien accueilli » par le peuple égyptien, que ce soit les grecques sous Alexandre, les romains (La belle Cléopâtre n’a-t-elle pas été jusqu’à « tomber amoureuse» du Romain ?…) ou les arabes !…Napoléon fut bien reçu ; et les anglais aussi après lui.
    Si le peuple d’Égypte recevait en LIBÉRATEURS ses envahisseurs, c’est bien parce que l’État égyptien et SON PHARAON qui règne & gouverne les faisaient vivre dans les misères, le mépris, la honte et l’ignorance !…
    Le peuple d’Égypte ne peut s’offrir le luxe d’une révolte ; il ne se révoltera jamais parce qu’il cultive sa terre pour subsister et ne peut être à la place Tahrir tout en s’occupant de ses champs pour survivre au jour le jour, comme il le fait depuis des millénaires !…
    À quoi lui servirait une VICTOIRE contre un Pharaon puisqu’un autre Pharaon prendra la place de celui qui a été « limogé » ?…
    Peut-on parler de VICTOIRE, lorsqu’il ne reste plus rien à manger pour le peuple après ?…
    Et que penser d’une « victoire militaire » qui a conduit à « l’ouverture des négociations de paix qui aboutirent à la normalisation des relations entre Israël et l’Égypte» ?…
    Israël et son paratonnerre US savaient ce qu’ils faisaient en faisant signer à Sadat « LA PAIX DES BRAVES» après « sa grande victoire» lors de la guerre d’octobre 1973, appelée aussi la « guerre du ramadan» du côté égyptien et guerre du kippour du côté israélien. Cette « victoire» de 1973 est une farce aussi monumentale que le Sphinx lui-même.

    Quant à l’élite égyptienne, il suffit de lire ce qu’écrit un Prix Nobel de chimie lorsqu’il parle du « Chef d’État », Moubarak, durant les « années de gloire » de celui-ci et ce qu’il en dit en 2011, pour désespérer à tout jamais de «l’intellectuel arabe».

    L’armée égyptienne obéira toujours à celui qui la fait vivre. Ce n’est pas pour rien que l’Amérique la « subventionne ».
    L’armée égyptienne règne & gouverne SANS INTERRUPTION depuis au moins la « révolution des officiers libres ». On sait aujourd’hui ce à quoi ce type de révolution peut conduire : À des Républiques arabes & socialistes héréditaires !…
    Et la CIA qui « reconnait» (***) qu’elle était derrière le « coup» qui renversa «Mohamed Mossadegh, le 18 août 1953, après qu’il eut nationalisé le pétrole du pays» ne serait-elle pas derrière les « démocrates » anti-Morsi aujourd’hui ?
    À trop vouloir éviter la fitna que nous connaissons depuis ’Uthmann Ibnou ’Affane et la Bataille du Chameau, et au lieu de concevoir et mettre en place un État avec « CHECK & BALANCE », nous avons vécus dans la crainte d’Allah et du Jugement dernier au sein d’État-tribaux au service de tribus et de leurs ‘ulémas, leurs foqahas et leurs tolbas.
    Cessons d’ânonner que l’islam est un modèle «pour la gestion de la chose publique» comme le croient si fermement et si naïvement nos frères musulmans depuis Sayyed Qotb !
    Aucun de nos États musulmans n’a jamais reconnu d’habeas corpus à ses sujets depuis 656.
    Ayons le courage intellectuel, politique et moral de reconnaitre que «l’échec de l’Islam pour la gestion de la chose publique» est une réalité que notre misérable et honteuse situation d’aujourd’hui –de l’Atlantique au Golfe persique- prouve hors de tout doute raisonnable.

    Le Monde (****) : «Dès ses débuts, Mohamed Morsi […] engage un bras de fer avec l’armée, […au] pouvoir de 1952 à 2011. Lorsque les militaires dissolvent l’Assemblée, dominée par les islamistes, Mohamed Morsi annule leur décision par décret.
    Une institution toute puissante que le nouveau président tente également d’affaiblir par son projet de Constitution. Mohamed Morsi prévoit ainsi d’instaurer un conseil de sécurité national, composé de civils et chargé de SUPERVISER (1) les militaires. S’il égratigne les prérogatives de l’armée, le texte accroît surtout considérablement les pouvoirs exécutifs et judiciaires du président».
    (1) Majuscules d’Asçotta. Un civil égyptien, qui plus est frère musulman veut faire SUPERVISER LES MILITAIRES D’ÉGYPTE par un CSN composé de civils à la solde du Président…Mohamed Morsi.

    (*)
    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=riddles%20of%20the%20sphinx&source=web&cd=8&cad=rja&sqi=2&ved=0CFsQFjAH&url=http%3A%2F%2Fwww.pbs.org%2Fwgbh%2Fnova%2Fancient%2Friddles-sphinx.html&ei=qkQSUvq9EYLE4AOZnYHQDg&usg=AFQjCNE66wkWNu9DsoHuSGDIiFTMbYtPKg&bvm=bv.50768961,d.dmg

    (**)
    http://www.legrandsoir.info/georges-corm-ancien-ministre-libanais-des-finances-et-specialiste-du-proche-orient-il-pourrait-y-avoir-de-la-violence-en-egypte.html

    (***)
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/08/19/la-cia-reconnait-avoir-renverse-le-premier-ministre-iranien-en-1953_3463576_3222.html

    (****)
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/08/20/qui-sont-les-freres-musulmans_3463229_3212.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s