La dernière danse pour « Madiba »

C’est la mort qui aura finalement eu raison de « Madiba », le matricule 46664 de Robben Island. Le géant a choisi de s’éteindre, dans la nuit de jeudi, à l’âge de 95 ans, alors même  que le film « Mandela: un long chemin vers la liberté »,  retraçant sa vie était projeté en avant-première à Londres, en présence du Prince William et de ses deux plus jeunes filles Zindzi et Zenani.

Les sud-africains sont venus en masse pleurer devant la modeste demeure du père de la nation. Ils dansent, aussi, car tout, dans ce coin d’Afrique commence et tout finit par une danse. Qu’il s’agisse de guerre ou de paix, de joie ou de peine, de naissance ou de deuil.

Ce 6 décembre 2013, de ce pas saccadé qui fit se soulever la poussière et trembler l’apartheid, hommes et femmes, petits et grands ont esquissé une dernière chorégraphie pour le héros qui venait de s’endormir à tout jamais. Comme pour rappeler qu’après la liberté, si durement acquise, il reste encore tant de combats à mener, pour la justice, pour l’égalité et pour la fraternité. Ils seront certainement plus faciles à mener en Afrique du Sud, grâce à Mandela et sans doute beaucoup plus ardus ailleurs, où sévissent encore de bien sombres dictatures.

« Au pays où  tout se danse », ce fut Nelson qui mena le bal, cinquante ans durant, malgré la toute puissance de ces blancs venus d’ailleurs, leur  arrogance coupable et leurs exactions criminelles. Et lorsque ses juges le condamnèrent à casser des pierres, ils ignoraient que chaque caillou  que le bagnard allait produire, participerait du compte à rebours qui mettrait un jour, fin à la tyrannie.

Je me souviens de ce jour de 1994, et de cette légitime émotion qui vous étreint, chaque fois que triomphe enfin le bon droit et la vérité. Mandela venait d’être élu Président dans un pays qui avait, jusque là, érigé l’ostracisme et l’assassinat des gens de couleur, en système politique.

L’homme dansait sur une estrade devant des centaines de milliers de ses compatriotes. Et pour mieux équilibrer son mouvement, il balançait ses bras alternativement  d’avant en arrière, dans une gestuelle parfaite qui le faisait chalouper. Un sourire inextinguible éclairait son doux visage.

Il était magnifique, souverain et d’une élégance de seigneur, dans sa chemise bigarrée, à l’image du pays qu’il s’était promis de bâtir, sans haine, avec les ennemis d’hier.

–       « Lorsque ma dernière heure sera venue, j’aimerai qu’on se souvienne de moi comme celui qui a fait son devoir envers son pays, son peuple et l’humanité. », se plaisait-il à répéter.

Mandela a fait bien plus que cela. Il fut tel un Christ des temps modernes, rachetant de vingt-sept années de travaux forcés, la rédemption des bourreaux du peuple sud africain. Rendre la dignité aux siens ne suffisait pas à ce héros d’un autre temps, il lui fallait encore restituer leur honneur aux ennemis de la veille, histoire d’extirper définitivement son pays des risques de la perdition qui le guettait.

Nelson Mandela s’est éteint, à l’heure où s’ouvrait à Paris,  le sommet franco-africain. Un  ultime pas de danse, en solo, de celui qui sortit son pays des ténèbres de la dictature, pour le conduire vers la lumière de la fraternité. Peu ou prou de ceux qui se trouvent réunis dans la capitale française, aujourd’hui, pourrait en dire autant.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La dernière danse pour « Madiba »

  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue:

    Mandela est mort, mais pas l’apartheid.
    Nelson Mandela, dit « l’homme qui a mis fin à l’apartheid en Afrique du Sud », est mort le jeudi 5 décembre 2013 (selon le calendrier dit grégorien).
    S’il est vrai que le système mis en place par le colonialisme a fait subir des horreurs à l’homme qui symbolisait la résistance contre l’apartheid, le régime mis en place par ce même colonialisme, qui y a installé à sa tête Nelson Mandela justement, n’a pas mis fin à l’oppression des populations, qui ne s’est jamais arrêtée et qui continue.
    Il n’y a pas si longtemps, après moult atteintes aux droits les plus élémentaires des populations, le régime mis en place en Afrique du Sud a procédé au massacre de dizaines de mineurs grévistes (le jeudi 16 août 2012).
    Des massacres de l’apartheid social et de la ségrégation sociale.
    Avec un « changement » cependant.
    Ce n’est plus les « blancs » qui massacrent des « noirs », c’est des « noirs » qui massacrent des « noirs », avec des armes des « blancs » (Ailleurs par exemple, cette besogne est confiée à des ʺbasanésʺ qui font ʺle boulotʺ, toujours avec des armes des ʺblancsʺ).
    C’est comme dans le reste de l’Afrique et dans d’autres continents, avec les régimes de « l’indépendance dans l’interdépendance » de « la révolution » ou autres.
    (Régimes, subordonnés avec plus ou moins de zèle, de soumission et de servilité dans l’exécution des ordres des métropoles et autres employeurs du système colonialo-impérialo-sioniste qui les a mis en place.
    Ces régimes sont fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la tyrannie, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain.
    En Afrique du Sud, les chantres de l’imposture parlent de la mort de l’apartheid, alors que ses concepteurs n’ont fait que lui donner une ″autre″ apparence).
    En Afrique, y compris en Afrique du Sud, les horreurs perdurent.
    L’esclavage a fait des ravages.
    Les crimes colonialistes n’ont rien épargné.
    Et le système colonialo-impérialo-sionisme se poursuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s