Selon que vous serez puissant………..

Ecrit par Zouhair Mazouz
Interprété par Salah Elayoubi

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir »  Jean de La Fontaine.

Avoir grandi dans la peau du privilégié à qui tout est dû, vous procure fatalement le sentiment d’être au-dessus des lois. Il en va ainsi de la progéniture de certaines élites marocaines, depuis des décennies. Et que celles-ci appartiennent au monde de la politique ou à celui de la finance, le fait de « posséder » le pays les incite plutôt à engendrer d’ignobles voyous,  que d’honnêtes citoyens.

Alcool au volant, vies volées et impunité
Pour preuve, l’impunité dont a bénéficié nombre de jeunes chauffards conduisant sous l’emprise de l’alcool ayant entraîné de graves accidents de la circulation. Un fléau parfaitement illustré dans une scène du film « Marock », paru en 2005 et qui pointe ce dont certaines familles se rendent coupables, pour couvrir les crimes de leurs enfants :
Pour la seule année 2013, deux scandales ont provoqué l’indignation générale et attiré l’attention de la communauté internationale sur les dysfonctionnements de la justice marocaine et la corruption qui gangrène notre pays :

amina balafrej

Amina Balafrej, diabétologue à l’hôpital pédiatrique de Rabat

31 Août 2013, premières heures de la matinée. Amina Balafrej, Professeure en médecine, est au volant de son véhicule. Elle est violemment heurtée de plein fouet par une voiture circulant à grande vitesse et à contresens. Sa famille qui tente désespérément de la joindre sur son portable, finit par la découvrir, comateuse, en salle de déchoquage, à l’unité de traumatologie de l’hôpital Avicenne à 11 heures. Détail accablant, la célèbre fondatrice et Cheffe du service de diabétologie pédiatrique, de l’Hôpital des enfants de Rabat, est inscrite sous « X ».
Autant d’indices qui portent, dès lors, à croire que le SAC (Service des Accidents) a couvert le responsable de l’accident, dans le constat qu’il en a dressé.

Dans un entretien accordé à « Free Arabs », Sarah, la fille du Pr Balafrej explique que le constat en question, a occulté des détails cruciaux de l’accident. Elle affirme que son auteur, fils d’un haut responsable au Ministère de l’Intérieur, était engagé dans une course-poursuite, contre une autre véhicule, au moment de l’accident et qu’il a été soustrait des lieux de l’accident, pour être transporté à l’hôpital militaire, immédiatement après la collision.

Indignée, la jeune femme explique que « ni les services de police, ni ceux de la protection civile n’ont avisé notre famille le jour de l’accident, en dépit du fait que la carte d’identité et le téléphone de ma mère, se trouvaient dans son sac. »
La famille Balafrej a porté l’affaire en justice et la pétition qu’elle a initiée a connu un tel succès que les autorités marocaines ont ouvert une enquête sur les circonstances du drame.
Quatre mois après la collision, Amina Balafrej est toujours plongée dans un profond coma.

Les interventions, cette monnaie courante au « SAC »
Le même mépris souverain pour la loi a présidé au traitement judiciaire de l’accident de Mohammed Bennani, survenu le 28 novembre 2012 et qui a coûté la vie à sa mère et sa sœur. En route pour l’aéroport, l’entrepreneur de trente-et-un ans est percuté à 5 heures du matin par une « Jaguar », roulant à très vive allure. A son réveil à l’hôpital, il est informé que ses deux accompagnatrices sont décédées et que l’auteur de l’accident est libre. Des témoins que la peur empêchera de témoigner plus tard, l’informent que le conducteur était ivre au moment de l’accident. Usant de son réseau familial, l’homme réussit à obtenir l’incarcération du chauffard de 19 ans, pendant deux mois. Il refuse, en outre, l’offre qui lui est faite d’une compensation d’un million de dollars, en échange du retrait de sa plainte. Le procès-verbal de police mentionne comme information, la filiation du chauffard, Ismail El Menjra. Il n’est autre, que le fils d’Abdelilah El Menjra, homme d’affaires et ex-Président du Wydad Athletic Club, (WAC), l’une des meilleures équipes de football du pays. Au final, le jeune homme est condamné à deux mois d’emprisonnement. La peine couvrant la période préventive, il est libéré à l’énoncé du verdict.
Mohamed Bennani raconte :

Nous avons dû exercer maintes pressions, pour dessaisir le juge chargé de l’affaire, en raison de ses liens avérés avec la famille El Menjra. Mais la réaffectation du dossier n’a rien changé, comme en témoigne la légèreté du verdict. »

Une affaire corsée par les déclarations de l’avocat de Mohamed, Abderrahman Filali Hassoun qui a fait état d’une tentative de corruption par la partie adverse, lors des funérailles des deux victimes. Joint par « Free Arabs », le défenseur s’est refusé à tout commentaire, arguant qu’il ne représentait plus le fils El Menjra.

Décrivant le parcours administratif auxquels il est confronté en appel, Mohamed Bennani soupire :

Nous attendons toujours l’appel. Le temps est un obstacle de taille et le dossier pourrait tout simplement se perdre dans quelque bureau du tribunal ! »

bennani

Les restes de la Volkswagen de Mohamed Bennani percutée par la Jaguar de Ismaïl Elmenjra

Autant d’injustices et de dysfonctionnements qui sont le lot quotidien des marocains, les nantis refusant tout simplement que la loi leur soit appliquée. A ce propos, un fonctionnaire de police qui a requis l’anonymat, témoigne :

-«  Le seul endroit où les policiers refusent d’être affectés est le Service des Accidents (SAC). Les interventions y sont monnaie courante et l’application de la loi très difficile. »

Coups et blessures et « incidents mineurs »
Mais l’impunité des élites ne s’arrête pas aux seuls accidents de la route. L’incident du 21 mai 2010, est encore dans tous les esprits. Ce soir-là, deux conducteurs stoppent leur voiture face au parlement pour en venir aux mains. Au cours de l’altercation, l’un d’entre eux attaque l’autre et le blesse au moyen d’un objet tranchant. Témoins de la scène, les policiers mettent fin à la rixe, menottant l’auteur de l’agression. Une demi-heure plus tard, Khalid Naciri, alors porte-parole du gouvernement et père de l’agresseur, accourt sur les lieux, intime aux policiers, l’ordre de libérer ce dernier avant de quitter précipitamment les lieux, en sa compagnie, en voiture et sous les huées d’une foule indignée. Une scène immortalisée et postée aussitôt sur la toile, par plusieurs citoyens dont on entend certains hurler « Est-ce cela, votre démocratie ? ». Avocat de formation, le ministre montera au créneau pour minimiser l’agression, la qualifiant « d’incident mineur coutumier du Maroc ».

Dans un pays de droit, s’il prenait à quelqu’un l’envie de s’enivrer et passer à tabac un fonctionnaire de police, dans l’exercice de ses fonctions, il serait jugé en comparution immédiate avec les sanctions que l’on peut imaginer. Un traitement aux antipodes des pratiques en cours au Maroc.
18 mai 2012. En charge de la sécurité de la tribune d’honneur, au festival de musique « Mawazine », Mustapha Moufid, Préfet de police de Rabat, remarque un jeune homme qui se débarrasse d’un mégot de cigarette en le jetant sur le tapis sur lequel se tient le Prince Hassan. A l’interpellation du fumeur, le fonctionnaire est violemment pris à partie, insulté et battu par ce dernier et son ami. Les deux individus sont sévèrement alcoolisés. Le fonctionnaire ne doit son salut qu’à l’intervention des gardes du corps du prince héritier. Plus tard un haut responsable lui ordonnera d’abandonner purement et simplement toute idée de suite judiciaire.
Interrogé par «  Lakome » une source au sein du ministère de l’Intérieur confirme la remise en liberté des deux agresseurs qui appartiennent aux familles Kettani et Naciri. La même source précise que le Préfet a fondu en larmes devant ses hommes, après avoir été sommé de classer l’affaire. Face au tollé général, la Préfecture de police est contrainte de publier un communiqué dans lequel elle décrit un tout autre scénario qui dément toute agression et évoque une simple arrestation pour « trouble à l’ordre public» de deux individus en état d’ébriété. Un incident qui révèle que même les hauts responsables ne sont pas à l’abri des errements des familles liées au palais royal.

Quand népotisme rime avec médiocrité
Et que penser du népotisme, dans le domaine de l’emploi ? Selon que vous soyez puissant, vous n’aurez pas à vous embarrasser de recherches d’emplois. Des postes prestigieux vous attendent même si vous manquez du minimum d’expérience professionnelle.
Brahim Fassi-Fihri est l’émanation vivante de ce qui précède.

A 25 ans, fraîchement diplômé en Sciences politiques, de l’Université de Montréal, il préside aux destinées de ce qui est probablement le « Think tank » le plus prestigieux d’Afrique du Nord. Depuis cinq ans, l’Institut Amadeus aligne les conférences annuelles qui réunissent une liste impressionnante de Chefs d’Etats, de ministres, de lauréats du prix Nobel, de Présidents d’ONG… Le but, « discuter des questions d’actualité dans la région ». Mais si les conférences réunissent tant de sommités, elles évitent soigneusement de répercuter ou aborder les griefs légitimes des peuples, envers les régimes dictatoriaux, qui les gouvernent, en particulier les monarchies. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que Brahim est le fils d’un autre Fassi-Fihri, Taieb, ancien ministre marocain des Affaires étrangères et actuel Conseiller de Mohammed VI. Une proximité qui permet à l’homme d’être l’artisan principal de la politique étrangère du pays, en dépit de l’existence au gouvernement marocain d’un ministre des Affaires étrangères. Organisées sous le patronage du roi du Maroc, les Conférences d’ « Amadeus » sont toujours l’’occasion pour le Conseiller royal de venir y disserter sur les vertus démocratiques de l’exception marocaine.

La bonne fortune de Brahim Fassi-Fihri aurait pu se comprendre si ce dernier avait justifié d’une quelconque précocité en matière de diplomatie ou de talents d’orateur exceptionnel. Il n’en est rien comme le prouvent ses apparitions à la télévision.
Au fil des ans, il est devenu un sujet de railleries sur Internet, pour la maladresse de ses interviews et son inculture abyssale. Sur ce document édifiant, entre la minute 3:50 et 5:15 on découvre un orateur hagard, tétanisé par la perte de ses diapositives PowerPoint, au point qu’il choisit de mettre fin à son exposé, devant une assemblée de personnalités médusées. Rien qui justifie son rôle de conférencier vedette.

fils_de

A gauche, Mamoun (fils de Mohammed) Bouhadhoud, ministre sans expérience politique. A droite, Majid (fils de Abbas) Fassi-Fihri, haut fonctionnaire sans expérience tout court (photos MAP, DR)

Quand un Fassi-Fihri en chasse un autre

Autre Fassi-Fihri, autre parfum de scandale. Abdelmajid, cousin du précédent et fils de l’ancien premier ministre marocain, Abbas Fassi-Fihri. A peine diplômé, il est parachuté en 2009, auprès de la Direction de la Radio et de la Télévision Nationale (SNRT) à Rabat. Curieusement, l’homme qui perçoit un salaire mensuel de trois mille (3000) dollars dans un pays où le salaire moyen est à quatre cent vingt-huit (428) dollars indique bien qu’il occupe le poste en question, mais qu’il réside à Sydney, en Australie, comme le montre la capture d’écran de son profil Facebook, datée du 12 décembre 2013. Une ubiquité qui fait aussitôt fleurir le soupçon de poste fictif, parmi la société civile, dans les journaux et sur la toile, contraignant le Président-Directeur Général de la SNRT, Faïçal Laâraïchi, à démentir l’information et souligner que l’intéressé n’a jamais quitté son poste où il est chargé, depuis son recrutement, d’une « étude de marché ». A se demander quel genre d’étude de marché, prend quatre années de rédaction.

Lorsqu’il s’en explique auprès de « Free Arabs », Abdelmajid Fassi Fihri affirme qu’il a été recruté comme « Chef de service », (un des postes les plus élevés dans la hiérarchie et les mieux rémunérés à la SNRT), avant de préciser qu’il ne doit son poste à aucun traitement de faveur, ni complaisance, mais qu’il était chargé de « la création d’un nouveau concept de télévision », une tâche dont il prétend s’être acquitté avec succès, en mettant en place une « équipe de jeunes journalistes talentueux ». Un succès qui n’empêche toutefois pas les bulletins d’information de la SNRT de demeurer plus staliniens que jamais.

Sois ministre et tais-toi,  mon fils
Les postes ministériels n’échappent pas au favoritisme. Prévus pour être répartis entre les partis politiques, sur la base des résultats des élections, les maroquins échoient le plus souvent aux enfants de magnats marocains. De parfaits inconnus en politique. Dernier exemple en date, celui de Mamoun Bouhadhoud, 30 ans, intégré à la dernière minute, dans les rangs du Rassemblement national des Indépendants (RNI) alors que ce parti négociait encore une coalition gouvernementale.
Neveu de Mohamed Bouhadhoud, un des principaux bailleurs de fonds du RNI, Mamoun est aujourd’hui ministre des Petites et Moyennes Entreprises. Depuis sa nomination en Octobre 2013, l’homme se tait, « pour éviter d’embarrasser », selon un récent article de presse. Le décret instituant le cahier des charges de son ministère n’a pas été rendu public, et tout laisse à penser qu’il ne le sera jamais. Ingénieur de formation, le jeune ministre parachuté en politique, n’a jamais occupé de fonctions publiques, ce qui ne l’empêche pas de coûter 4882 dollars au contribuable.

Tant de passe-droits et de privilèges indignent fatalement dans ce pays, dont une récente étude de la Banque mondiale révèle que 49% de ses plus jeunes citoyens sont déscolarisés et sans emploi, alors que 44 % de la population est en âge de travailler.
Autre constat, l’éducation ne semble pas être une condition préalable à l’obtention d’un emploi décent et ceux qui ont la chance d’accéder au monde du travail, ont à faire face à des salaires misérables et une absence totale de sécurité de l’emploi.

La marginalisation des jeunes entraîne désocialisation et désintérêt pour la chose politique, quand elle n’induit pas des comportements asociaux, voire nuisibles. Des sondages d’opinion dénoncent les liens directs entre les relations personnelles ou familiales et l’obtention d’un emploi. Des comportements qui sont la règle dans la conduite des affaires du pays et qui sont la conséquence de facteurs culturels et institutionnels, avec une structure sociale qui puise ses fondements dans les liens de parenté, au détriment des principes et du droit les plus élémentaires. Un environnement où la loyauté s’applique, dès lors, en priorité, à la famille perpétuant les pires archaïsmes.
Un expatrié américain à Casablanca témoigne à ce sujet :

– « Un de mes camarades de collège aux États-Unis, était le fils d’un ancien gouverneur marocain. Lors d’une discussion à propos de politique, il a prétendu que les Marocains n’étaient pas prêts pour la démocratie et que l’aristocratie leur convenait mieux, comme forme de gouvernance. Au collège, il excellait pourtant en Histoire des Etats-Unis d’Amérique, un pays qui privilégie plutôt l’égalité des chances. »

Un autre témoignage vient d’une enseignante dans une école privée de Casablanca, fréquentée par les enfants de l’élite. Celle-ci se plaint que « beaucoup de jeunes ont le sentiment d’avoir tous les droits. Un jour que je réprimandais un élève pour avoir utilisé son portable en cour, celui-ci m’a répondu : » :

– « Mais Madame, j’envoie un texto à mon chauffeur ! « 

Archaïsme et népotisme les deux mamelles du régime marocain
Les structures sociales marocaines demeurent encore très pyramidales. Jusqu’aux années 1990, les comportements népotiques étaient tus et passaient inaperçus. Mais Internet a révolutionné l’information en offrant au consommateur l’accès gratuit au journalisme citoyen, synonyme d’indépendance, de réactivité et d’éveil citoyen.
En outre, l’émergence progressive d’une classe moyenne éduquée et moderne a orienté la presse vers des sujets abordant les questions de transparence et de justice sociale.
Ce sont ces mêmes bouleversements technologiques et démographiques qui ont conduit à la chute de régimes népotiques en Tunisie, en Libye et en Egypte. Cependant, contrairement à leurs voisins, les Marocains n’ont pas appelé à la chute du régime quand ils sont descendus dans les rues le 20 Février 2011, exigeant plutôt des réformes politiques. Tout ce que la monarchie a eu à offrir est une façade démocratique, faisant la démonstration de sa volonté de ne pas se départir du népotisme qui demeure sa principale marque de fabrique.

Pour s’en convaincre, rien de tel que regarder cette vidéo filmée quelques mois seulement après le déclenchement du « Printemps arabe ». Le spectacle d’un enfant de huit ans, le Prince héritier Hassan, qui offre sa main à baiser à des officiers supérieurs, et des hauts fonctionnaires. Des vieillards, pour certains d’entre eux.
Images surréalistes et navrantes qui nous rappellent qu’archaïsme rime avec népotisme. Deux réalités qui constituent les mamelles institutionnelles du régime marocain. Aussi simple que ça !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Selon que vous serez puissant………..

  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue :

    Insultant règne (un « sultan » règne).
    Pays où sévit un régime de l’imposture au service du système colonialo-impérialo-sioniste.
    Pays qui connaît depuis des lustres les pires horreurs d’un régime obscurantiste, sanguinaire, criminel.
    Pays où il n’y a pas si longtemps, ce régime, protégé par le colonialisme, faisait courir des personnes pour ramasser le crottin du cheval du « sultan », lors de sorties du palais ; crottin considéré comme procurant « lbaraka », la « bénédiction » !
    Pays où les populations ont résisté, résistent et résisteront, ine chaa-e Allaah, jusqu’à la fin de l’imposture.

  2. Ping : Lettre de Ziad El Baroudi du 1 février 2014 | norhanekayane

  3. Mahgourdawla dit :

    feu driss benali definissait le mekhnez comme cet pourriture (pour ne pas dire etat) où les gouvernés servent le gouvernant en contrepartie que ce derrnier leur permette de se servire eux-memes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s