Quarante et un milliards de Dollars ont fui le Maroc

 billets de banque

Boston

Un rapport publié en 2012, par le Boston Consulting Group, révèle que plus de trente pour cent (30%)  des avoirs détenus par de riches familles marocaines, se trouve,  pour l’essentiel, dans des banques suisse et britanniques, ce qui place le Maroc au deuxième rang des pays d’Afrique du Nord, après la Tunisie, dans le domaine de la fuite des capitaux et en bonne place, parmi les pays exportateurs de leur fortune, comme  le Koweït, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Liban.

L’étude s’est appuyée sur les données liées à l’industrie mondiale de la gestion de patrimoine, la taille actuelle des marchés financiers, la taille des biens à l’étranger, ainsi que les résultats des grandes institutions.

Lors d’une interview sur Al Arabia.net,  Abdelkhaleq Touhami, enseignant à l’Institut National de Statistique et d’Economie Appliquée (INSEA) a expliqué cette tendance  par l’inquiétude que nourrissent les grandes fortunes marocaines pour les quinze à vingt prochaine années et en raison de l’assujettissement des transferts de fonds vers l’étranger, à un strict contrôle de l’Office des changes. Un contrôle qui pousse les riches à transférer leurs avoirs vers les banques européennes, afin de couvrir, entre autres dépenses, d’éventuels frais d’hospitalisation, d’études de leur progéniture ou de tourisme.

Touhami a également expliqué que la fuite des capitaux a conduit à une hémorragie de l’épargne. Des capitaux qui profitent aux investissements à l’étranger  et qui font cruellement défaut au Maroc.

Fouad Beriah , analyste financier a estimé, pour sa part, que la fuite des capitaux, faisait perdre, chaque année, des millions de Dollars au pays, avant d’évoquer le chiffre de quarante et un milliards perdus entre 1970 et 2008. Il a attribué cette tendance au manque de confiance en l’économie du pays, mais également à la volonté des grandes fortunes de s’émanciper d’un certain nombre de contraintes qu’ils considèrent comme une entrave à la liberté de circulation de leurs avoirs.

L’analyste a évoqué les différents stratagèmes mis en place pour aider à la fuite des capitaux, dont la création de sociétés et d’entreprises fictives, précisant que les autorités douanières n’interceptaient qu’une infime partie des fonds qui fuient le territoire.

Un rapport publié, il y a quelques temps, par  Global Financial Integrity avait déjà publié un rapport affirmant que l’évasion fiscale constituait entre soixante (60) et soixante-cinq (65) pour cent des quarante et un (41) milliards de dollars qui ont fuité vers les banques suisses, britanniques ou autres.

Le même rapport soutient que les capitaux détournés suffiraient à éponger la dette du Maroc ou à réaliser des centaines d’écoles et d’hôpitaux et poursuit en accusant les pays occidentaux de contribution à cette hémorragie, par le biais de systèmes financiers qui encouragent  le secret bancaire, les comptes anonymes et les sociétés écran.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quarante et un milliards de Dollars ont fui le Maroc

  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue:

    Les pilleurs continuent.

  2. happy dit :

    Maybe if Moroccan banks were not criminal in the way in which they conducted business, more people would not be sending their money to foreign banks. It is crazy that you actually have to pay a yearly fee to use Moroccan ATM cards. It is also crazy that you have to pay for Moroccan Checking Accounts. In fact, Moroccan banks are fee crazy – instead of accumulating wealth, if you put your money in a Moroccan bank, you actually lose wealth. There is also the issue of legal protection. Lets face it, there is no Justice in Morocco when it comes to business cases. Because people do not have the protection of the law, how can they trust Moroccan banks with their money? To be fair, even Moroccans who have a lot of money inside Morocco do not put their money in banks, and instead choose to keep their cash in their homes, because they do not trust Moroccan banks, and quite frankly, can you blame them? It is for these reasons that Moroccan banks are very close to being completely bankrupt, and if there was a real free market system in Morocco, Moroccan banks would have gone out of business long ago.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s