L’islam politique n’est pas LA solution

L'Islam n'est pas la solution

581476_4150796523442_709461687_n

Mohammed Belmaïzi

Voilà des siècles que le monde arabo-musulman se laisse berner par les théologiens véreux, dans cette idée que « L’islam est à la fois État et Religion » ( الا سلآ م دين ودولة). L’islam serait donc LA solution. Avec le rétablissement ou le retour à cette religion, les peuples vivraient dans le meilleur des mondes.

Avec l’avènement de la Révolution Iranienne, en 1979, tant d’esprits lumineux et intellectuels de haut vol, s’enthousiasmèrent pour cette société qui allait poser des jalons d’un nouvel humanisme. Très vite, les rigoles de sang abreuvèrent les entrailles de la terre. Sans référentiel religieux, toute parole devenait ennemie fondamentale. Terrorisés par une révolution à l’iranienne,  les despotes prirent les devant choisissant d’instrumentaliser l’Islam, pour maintenir leurs peuples, dans la léthargie et les ténèbres.

Hassan II ne fut pas en reste. Il créa, dès 1979, le fameux département de « la Science Islamique » comme un malin dérivatif, pour occuper les salafistes de tous poils. Des publications que les autorités n’ouvraient même pas, furent éditées par ce département. Il aura fallu que l’État français découvre la haine, l’arriération et la violence insoutenables de ces ouvrages saturés de racisme, antisémitisme, antichristianisme, pour que Hassan II, poussé par l’indignation de la France, fasse machine arrière. Trop tard. Des dégâts irréversibles avaient été infligés à l’enseignement dans le cadre de son arabisation. Des générations entières d’élèves et d’étudiants furent sacrifiées sur l’autel du fléau.

Houari Boumediene, avant Hassan II, avaient également été tenté entre 1976 et 1978, par les écoles religieuses qui ont professé les mêmes thématiques qui  aboutirent au FIS et ses abominations terroristes que l’Algérie endura dix années durant.

En Egypte, le despote Moubarak, donna à son tour des gages aux islamistes, tout en les réprimant. Une sorte de cosmétique pour perdurer au pouvoir.  Pas moins de quatre-vingt quatorze ( 94) chaines de télévision et de radio diffusent les élucubrations de théologiens qui se disputent,  les uns les autres, le monopole et l’exégèse de la leçon islamique parfaite… Un savoir suranné et soporifique menant à l’extinction…

En Syrie, le scénario n’est guère différent plus de dix mille (10 000) écoles coraniques dispensent  l’étude des textes liturgiques, gangrenant profondément la société avec l’aboutissement que l’on sait : la barbarie télévisée, dans ce pays de la Culture, de Abu l’Ala’Almaârri. Le despote avait cru instrumentaliser la religion pour perdurer au pouvoir.

En Afghanistan, ceux qui prétendaient libérer le pays de la domination étrangère, y ont introduit un wahhabisme pur et dur. Les femmes en furent les premières victimes avant que l’obscurantisme n’emporte le pays tout entier et ne s’en aille essaimer, comme une pandémie à travers le monde.

Un tour d’horizon qui est loin d’être exhaustif. Tout indique que nous sommes face au même schéma, partout où nous posons le regard. Que l’on se rappelle le fameux discours du fameux Cheikh Abdoulmajid Zandani, lors d’une immense manifestation du peuple syrien contre le despote Bachar Al Assad. Mot pour mot, il chantait l’avènement prochain du Calife sur l’exemple prophétique.

Maintenant que l’idée du Calife a fait son chemin et qu’elle s’est concrétisée, dans les conditions évoquées par les théologiens et les textes, les réticences se multiplient. Le monstre a échappé à son concepteur, jusqu’à le  terroriser.  Même le pouvoir et le wahhabisme, en Arabie-Saoudite, conteste la venue du Calife. Pourtant, ils n’ont eu de cesse d’en seriner l’idée, durant plus de soixante-dix ans de prosélytisme. Un échec retentissant pour ceux qui contestent, à présent ce qu’ils avaient eux-mêmes professés, jetant une lumière crue sur le projet creux et alambiqué d’islamiser la société.

L’islam politique n’est donc pas LA solution. Celle-ci consisterait plutôt à séparer l’Église de l’État et à faire dégager les despotes. Tous les despotes !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’islam politique n’est pas LA solution

  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue :

    « Séparation de l’Église et de l’État », expression liée à l’histoire de France et qui ne correspond en rien à ce qui peut se rapporter à l’Islaam.
    Pourquoi donc y recourir lorsqu’il est question d’exposer un point de vue relatif à ce que des « États » dits « arabo-musulmans » font de l’Islaam ?
    L’Islaam, depuis Aadame (Adam) sur lui la bénédiction et la paix, consiste à faire de son mieux pour Adorer Allaah, comme Allaah le demande.
    Ce n’est pas une question d’ethnie, de tribu, de clan, de classe sociale, de sexe, de couleur, de langue, de parti politique, de pays, de nationalité, d’Etat.
    Les représentations, les fantasmes, les mythes et tout ce qui en découle, ne peuvent jamais anéantir cette Vérité.
    Aujourd’hui, et depuis des lustres, l’État des croyants et des croyantes (almouminoune wa almouminaate) n’existe plus, nulle part.
    Les ″États″ qui prétendent l’être sont fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la tyrannie, la torture, l’enfermement et autres.
    L’Islaam les dénonce, les rejette, les condamne, les combat.
    L’État des croyants et des croyantes n’existe plus, nulle part, mais les membres de la communauté (alomma, la matrie) des croyants et des croyantes sont partout et seront partout, par la miséricorde d’Allaah, jusqu’à la fin de l’existence ici-bas.

  2. erreur dit :

    Felicitations a Mr Mohammed Belmaïzi pour son tres juste et precis pavé.

    La religion na absolument rien a voir dans tout ceci.
    Seuls des gens abreuves de haine , de sang,se servent de religion comme pretexte a tous leurs comportements d’assassins voire nazis !!!!

  3. AKA dit :

    @pedagogue
    l’islam, depuis adam…..?
    les representations, les fantasmes……..?
    etc.
    lakhra!

  4. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue :

    @Aka :

    L’adoration d’Allaah, comme Allaah le demande, remonte à Aadame sur lui la bénédiction et la paix.
    Le Message d’Allaah est UN, et tous les Prophètes et Messagers, sur eux la bénédiction et la paix, ont eu la mission de transmettre ce qui leur a été demandé par Allaah.
    Mohammad, l’ultime Prophète et Messager sur lui la bénédiction et la paix a eu pour mission de transmettre Alqoraane qui est la continuation, la synthèse et le parachèvement du Message de l’Islaam.
    Les fantasmes et autres ne peuvent jamais éradiquer cette Vérité.
    Quant à ton dernier terme, il ne sert à rien d’en parler.
    Qu’Allaah nous éclaire et nous guide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s