Salah Elayoubi: « Le régime marocain ne semble plus rien tolérer d’autre que ses applaudisseurs ! »

Le 2 novembre 2014, le monde célébrait la deuxième journée internationale de la fin de l’impunité, pour les crimes commis contre les journalistes. Un événement gravé dans le marbre, grâce à la résolution A/RES/68/163, adoptée le 18 décembre 2013, par l’Assemblée générale des Nations-Unies, lors de sa soixante-huitième (68) session. La sécurité des journalistes et la question de l’impunité sont au centre de cette résolution dont le Maroc a été l’un des premiers signataires. Mais avec la multiplication des cas de violations commises contre les journalistes au Maroc depuis la signature de cette résolution, nous avons souhaité comprendre pourquoi les autorités marocaines aiment à entretenir les paradoxes sur des questions cruciales relevant de la démocratie et de la bonne gouvernance. Une situation qui confine à la schizophrénie pour le pays qui compte officiellement accueillir le Forum Mondial des Droits de l’Homme du 27 au 30 novembre prochain à Marrakech alors que la répression bat son plein contre des mouvements et organisations pacifiques pro-démocratie. Salah Elayoubi, ancien chroniqueur sur le site d’information Lakome.com (organe de presse censuré par les autorités marocaines pour sa ligne éditoriale opposée à l’autoritarisme du régime marocain) livre à travers cette interview,  son sentiment sur la situation actuelle du journalisme au Maroc et celle des droits de l’homme, en général.

Rida Benotmane

liberté de presse2

Rida Benotmane :  À sa soixante-huitième (68) session, en 2013, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution A/RES/68/163, qui a proclamé le 2 novembre,  Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Cette résolution a exhorté les États membres à prendre des mesures précises, afin de combattre la culture de l’impunité. L’Etat marocain vous semble-t-il prendre au sérieux cette résolution pour défendre les journalistes sur son territoire ?

Salah Elayoubi : Le régime de Mohammed VI n’en a cure. C’est un régime autoritaire, qui, moyennant un alignement systématique sur les positions des puissances occidentales, comme la France et les USA, pour ne citer que ces ceux-là, bénéficie de leur appui inconditionnel. En tant que tel, il se soucie bien peu de protéger les journalistes qui échappent à son influence ou qui dénoncent ses pratiques. Et lorsqu’il se met à pleuvoir des dénonciations, comme dans l’affaire Ali Anouzla, il navigue à vue, en « oubliant », comme par enchantement, les poursuites pénales qu’il avait entamées. L’acharnement contre le journaliste espagnol Ignacio Cembrero  est révélateur du peu de cas que fait le Maroc de la liberté de presse, même lorsqu’il s’agit de la presse étrangère, si celle-ci s’aventure à dénoncer ses exactions. Le régime fait même preuve d’un cynisme à nul autre pareil, en organisant à  Marrakech  du 27 au 30 novembre 2014, un forum mondial des droits de l’homme, au moment même où il est dénoncé par quasiment tout ce que compte le monde d’organisations internationales. Le sentiment d’impunité est si fort chez les sécuritaires qu’ils n’hésitent même plus à s’en prendre à ces mêmes organisations, comme lorsque  Amnesty International, s’était vue interdire le camp de jeunes qu’elle comptait tenir en septembre, à Bouznika. Je ne parle même pas de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH) qui a fait l’objet de plus d’une trentaine d’interdictions ces derniers temps.

RB : Selon vous, l’Etat marocain condamne-t-il comme il se doit les crimes commis contre les journalistes et les travailleurs des médias ?

SE : La réponse est dans la question ! On attend toujours, la suite que la justice marocaine a cru devoir donner à la plainte déposée par Ahmed Benseddik, suite aux menaces de mort proférées à son encontre. Chaque jour des journaux ou parutions électroniques font état d’insultes, de diffamations ou de menaces à peine voilées à l’encontre d’autres journalistes ou militants d’associations, sans que la justice ne juge utile de diligenter une enquête ou d’inquiéter les auteurs de ces délits. On se souvient également de cet individu brandissant une hache ou cet autre, un automatique,  face caméra et proférant les pires menaces contre les Vingt-fébréristes, en toute impunité.

RB : Quelles seraient selon vous, les mesures urgentes à adopter par le gouvernement marocain, pour prévenir les crimes contre les journalistes ?

SE : Il n’y a rien d’autre à entreprendre qu’à faire appliquer la loi, sinon, nous entrerions dans une sorte d’état d’exception. Le code pénal marocain est suffisamment étoffé, pour dissuader les agresseurs éventuels et protéger les journalistes, tout comme il est supposé le faire pour les autres citoyens marocains. Mais il faut encore que les autorités soient disposées à appliquer la loi.

RB : Pensez-vous que la justice étatique actuelle peut jouer un rôle efficace lorsque les crimes contre les journalistes sont commis par des fonctionnaires de l’Etat ?

SE : Tout est affaire de démocratie. Si nous en étions une, chacun de ceux qui se sentirait victime d’une injustice ou d’un acte illégal, commis par un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, pourrait attaquer ce dernier afin de faire valoir ses droits. Mais personne n’ignore que les fonctionnaires agissent sur ordre de leurs supérieurs, sous le parapluie de l’impunité que l’on sait, dès lors qu’il s’agit de s’en prendre aux journalistes indépendants.

RB : Quelles sont les formes d’ingérence ou de pression que vous connaissez et qui empêchent un journaliste marocain de mener à bien son activité professionnelle de manière indépendante ?

SE : L’éventail est plutôt large. Il va de l’intimidation verbale à l’emprisonnement, en passant par les amendes colossales, la saisie de numéros censurés, les redressements fiscaux, les écoutes téléphoniques, les pressions familiales, les convocations de police, les tracasseries administratives, les menaces des agents d’autorité. Même les affaires de divorce peuvent devenir un instrument de pression aux mains du pouvoir.

RB : Un partenariat entre la société civile et les médias au Maroc vous parait-il opportun pour constituer une opposition suffisamment efficace à la culture d’impunité actuellement dominante ?

SE : Qu’appelez-vous société civile ? Au sens où on l’entend généralement, ce terme désigne un minimum de conscience politique et de consensus national. Il n’y en a pas, ou si peu au Maroc. Regardez l’indifférence relative avec laquelle ont été accueillies les condamnations d’un certain nombre de nos plus brillants et nos plus emblématiques journalistes. Même la levée de boucliers qui a suivi l’arrestation d’Ali Anouzla fut un épiphénomène. Quelques milliers de protestataires dans les rues de nos villes, ne font pas une société civile. Souvenez-vous le passage à tabac de Ali Lmrabet, en plein-centre de Tétouan, par des policiers-voyous qui, en prime,  firent les poches, à ce dernier, au vu et au su de tout le monde. Une société qui laisse un de ses journalistes emprisonner et condamner à dix ans d’interdiction du métier sans réagir, ne mérite pas le qualificatif de civile. Il faut de la cohésion et un minimum d’honneur, et de patriotisme, pour faire une société civile. Il y a longtemps que le Makhzen a tué dans l’œuf tout cela, par la destruction de l’enseignement public, la corruption, l’achat des consciences ou la terreur. S’il existait une société civile, Ahmed Benseddik, ce si brillant centralien, converti dans le journalisme,  ne vivrait pas dans ce studio de douze (12) mètres carrés, où un accident vasculaire cérébral a failli l’emporter, dans la plus insupportable des solitudes.

RB : Vous vient-il à l’esprit des cas flagrants de crimes commis contre des journalistes et restés impunis au Maroc ?

SE : Mais toute atteinte aux libertés d’expression est un crime. Il y a différentes façons de s’en prendre aux journalistes. Benito Mussolini emprisonnait les plus véhéments d’entre eux et les faisait ligoter en place publique, après les avoir forcé à avaler de l’huile de ricin. Une humiliation publique censée les dissuader de continuer à exercer le métier. C’est en place publique qu’il affectionnait tant,  que le Duce paya ses crimes, de la plus horrible manière, lynché par la foule, son cadavre profané. Le régime marocain  expérimente depuis l’arrivée au pouvoir de Mohammed VI, d’autres méthodes plus douces, mais tout aussi dévastatrices, en asphyxiant financièrement les journalistes indépendants et en les précipitant dans la misère, par toutes sortes de stratagèmes et de simulacres judiciaires. Des comportements criminels, dont Aboubakr Jamaï et Ali Amar, ne s’en sont jamais totalement remis.

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »  disait  Beaumarchais. Le régime marocain semble ne plus rien tolérer d’autres que ses applaudisseurs. Quelle misère intellectuelle ! Quelle indigence journalistique !

RB : Quelle appréciation portez-vous sur l’Etat actuel de la législation protectrice des journalistes au Maroc ? Vous semble-t-il que la protection des journalistes est similaire selon que l’activité est au Sahara occidental, à Sebta et Melilia ou dans d’autres régions ?

SE : Je ne vois pas ce qu’on entend par « législation protectrice », sinon une vaste hypocrisie. Le journalisme au Maroc a depuis toujours été un bien périlleux métier, s’il vous prenait l’envie d’un contrepied des thèses officielles. Et puisque vous évoquez la question du Sahara et celle des deux présides occupés, remarquez les deux poids deux mesures du régime sur ces deux dossiers. Face à l’Espagne, qui fait partie du flanc sud de l’Otan, le Maroc n’en mène pas large, alors qu’il déploie tout le savoir-faire et la brutalité de ses forces de sécurité, contre des populations civiles au Sahara occidental, et abreuve notre peuple de mensonges à propos de la prétendue reconnaissance de la marocanité du Sahara, par la communauté internationale. Aucun journaliste marocain n’oserait aborder frontalement la question de ce mensonge d’état, ni dire la forfaiture dont s’est rendu coupable Hassan II, puis Mohammed VI, faisant de ce dossier une chasse gardée du Palais et le confiant à des diplomates médiocres, tricheurs, incompétents, corrompus et corrupteurs, si l’on en croit les câbles piratés par Chris Coleman. Si le Maroc était une démocratie, les responsables de cette gabegie auraient été traduits en justice.

RB : Pensez-vous que la société civile autre que celle directement concernée par les problèmes liés à la presse puisse être intéressée à joindre ce combat contre l’impunité ?

SE : Absolument pas ! Nous sommes dans le degré zéro de toute conscience. D’abord parce que nous sommes dans notre grande majorité, un peuple analphabète. Quel pourcentage de la population est concerné par la presse ? Promenez-vous dans l’une de nos villes et observez combien de personnes attablés dans un café, lisent un journal. Le chiffre avoisine le zéro. Livrez-vous au même exercice, dans un pays européen où se sont généralisés les journaux gratuits, vous comprendrez la différence. On lit dans le bus, dans les rames de métro, dans la salle d’attente du médecin et jusque dans les toilettes. Et si on ne lit pas la presse papier, on la consulte sur son Smartphone. En même temps qu’il sinistrait l’école publique, le régime marocain mettait en place le pire des poisons, avec la télévision marocaine qui distille des programmes où le mensonge d’état et l’ignorance le disputent à la bêtise et perpétuent chez le petit peuple son accoutumance à la superstition et à la mystification.

marocains-cafe-(2014-10-29)

Scène ordinaire sur une terrasse de café marocain

RB : Quelles personnalités ou organisations de la société civile à l’intérieur du Maroc vous paraissent-elles intéressantes à mobiliser  pour ce type de combat ?

SE : L’autisme dont fait preuve le régime marocain nous force à hausser le ton. C’est ce qui est en train de se produire, ces derniers temps, avec un nombre incalculable de manifestations à travers le pays. Contrairement à ce que prétendent les tenants de la dictature, le Maroc est peuplé de tant de femmes et d’hommes de qualité. Le mouvement du vingt février en fut la plus éclatante démonstration, avant que les divisions n’aient raison de lui. L’avenir appartient à ce genre de mouvements spontanés que certains mystificateurs tentent de nous vendre pour du nihilisme.  C’est le même mouvement qui a forcé le roi à sortir de son silence et prononcer le discours que l’on sait. Et même si celui-ci fut suivi d’un simulacre de constitution démocratique, il n’en demeure pas moins que le dimanche 20 février 2011, fut un moment de terreur pour la tyrannie. L’affaire du pédophile espagnol fut une autre victoire. Le régime marocain ne craint ni le ridicule, ni la mobilisation si celle-ci ne se fait pas en masse, au point de mettre en équation son existence. Il nous faut désormais en tenir compte dans nos prochaines actions.

RB :  En tant que journaliste, quel aurait été selon vous, le meilleur moyen de promouvoir cette journée mondiale, célébrée le 2 novembre de chaque année et les moyens à mettre en œuvre pour plaider cette cause auprès des instances onusienne qui l’ont mis en œuvre ?

SE : Plusieurs idées pourraient être mises en œuvre, comme  un appel à la grève générale, une journée page blanche ou encore une journée brassard, avec un slogan fort comme « Mon journal, ma liberté » ou encore « Touche pas à ma presse », seraient d’excellents moyens de dénoncer les atteintes aux libertés d’opinion en général et à la liberté de presse en particulier. Mais je ne me fais pas d’illusion sur la suite qui serait donnée à de telles initiatives, pour infléchir la volonté liberticide du régime marocain !

RB : Comment envisagez-vous la protection et la sécurité des journalistes pour plus de démocratie et de développement au Maroc ?

SE : Il n’y a pas de démocratie, sans liberté de presse. Lorsqu’un gouvernement prépare un code liberticide comme celui qui se trouve depuis le mois d’août, dans le pipe-line du parlement, il apporte la preuve qu’il est loin d’être animé par des intentions démocratiques. Et lorsque de surcroît un silence assourdissant de la société civile accompagne ce projet, c’est  que la menace est bien réelle. Ce code constitue une sévère reprise en main de la liberté de presse consentie par les articles 25 et 28 de la Constitution, avec cette extension de facto de la sacralité à toute la pyramide du pouvoir, aux chefs d’Etats étrangers et à leurs grands commis. Pourquoi pas à leurs animaux domestiques, pendant qu’on y est !  Une nouvelle fois, le régime marocain reprend d’une main, le peu qu’il avait consenti de l’autre.  Comme justification de cette nouvelle atteinte à la liberté d’expression, le gouvernement prétend vouloir éviter aux journalistes la case prison. Un examen du projet met à mal cette affirmation. Les amendes colossales envisagées n’ont qu’un seul but, transformer dans les textes ce qu’a expérimenté le régime de Mohammed VI, depuis l’intronisation de ce dernier : ruiner les journalistes et les asphyxier financièrement, pour les mettre définitivement hors d’état de nuire,  avec, en prime, cette épée de Damoclès que constitue la contrainte par corps,  en cas de non-paiement des amendes. Nous sommes là aux antipodes de toute démocratie ! Je crois que nous devrions commencer par dénoncer avec force ce projet de code, avant qu’on ne nous l’impose un jour, sans crier gare !

RB : Comment sensibiliser le public marocain sur l’importance de mettre fin à l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes ?

SE : Vous connaissez sans doute ce poème de Martin Niemöller:

« Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,

Il ne restait plus personne pour protester. « 

Beaucoup de marocains se sont installés dans une sorte de confort qui confine à la lâcheté et qui les autorise à observer de loin, les exactions du régime et les atteintes aux libertés, tant qu’ils continuent de penser, à tort, du reste, que tout cela ne les concerne pas. Un jour, les sécuritaires s’en prennent aux islamistes, le lendemain aux gauchistes, le surlendemain aux Vingt-fébréristes et ainsi de suite. Souvenez-vous, les chasses à l’homme organisées par les policiers contre les manifestants qui occupaient l’esplanade face au parlement. La police attaquait ces derniers, sans distinction de sexe, ni d’âge, s’en prenant aux journalistes, comme ce fut le cas de Omar Brouksy, venu couvrir une manifestation pour le compte de l’Agence France Presse (AFP). Même de simples passants n’y ont pas échappé, pourchassés jusqu’aux pieds des consommateurs attablés à la terrasse du Balima, sans que l’un de ces derniers  n’ait daigné esquisser la moindre protestation, ni tenter de protéger l’une des victimes. Je crois même savoir que certains s’étaient donnés rendez-vous là, pour assister en direct, au carnage, comme d’autres vont au cinéma. Sont-ce ceux-là que vous aimeriez sensibiliser ?

RB : Comment renforcer les capacités des journalistes dans le domaine de la sécurité et de la protection juridique ?

SE : Vous évoquez les journalistes, comme s’il s’agissait d’une corporation soudée et agissant avec solidarité, alors que nous sommes dans le scénario inverse. Voyez combien de journalistes  ont été emprisonnés ou harcelés sans soulever la moindre émotion, parmi leurs confrères. Certains n’ont pas hésité à se fendre d’articles indignes, pour enfoncer leurs collègues et défendre l’insupportable. Vous parlez de protection juridique, il faudrait d’abord qu’il y ait une justice indépendante et que les journalistes soient à l’abri de la vindicte du pouvoir ce qui n’est pas le cas au Maroc. S’il existait une réelle justice, les journalistes n’auraient pas besoin de protection particulière. Et s’il existait une justice indépendante au Maroc, cela se serait su.

RB : Comment renforcer le rôle des journalistes et de la société civile dans la lutte contre l’impunité au Maghreb ?

SE : Le journalisme est supposé être la conscience des gouvernants. Au Maroc, la majorité des  journalistes a choisi le camp des laudateurs du régime, par peur ou par reconnaissance envers leur bienfaiteur, le pouvoir. Ceux qui ont choisi l’indépendance l’ont payé au prix fort : prison, amendes colossales, exil forcé, misère professionnelle et financière, faillite personnelle……….Lorsqu’on en arrive à un tel état de délabrement, on ne pense plus à renforcer autre chose que sa propre sécurité matérielle. Le pouvoir l’a compris. Il en joue.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Salah Elayoubi: « Le régime marocain ne semble plus rien tolérer d’autre que ses applaudisseurs ! »

  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue :

    En traitant des médias, il est nécessaire de ne pas perdre de vue qu’en général, qu’ils soient de droite, de gauche ou autres, ils appartiennent ou sont contrôlés par des fortunés qui font partie des décideurs qui alimentent et entretiennent l’imposture, dans le cadre d’un régime ou d’un système.
    C’est dire que les journalistes sont des employés tenus de se soumettre à ce que veulent ces décideurs.
    Le discours sur « le journaliste au service de la vérité » par exemple, ne trompe que ceux et celles qui le veulent bien.
    Cependant, il y a des lieux qui nécessitent d’introduire des nuances.
    Le Maroc en fait partie.
    Ce n’est pas parce que « les journalistes sont au dessus de tout soupçon », mais parce que ceux qui sont dans le collimateur du régime de l’imposture qui continue de sévir dans cette contrée, encourent parfois le pire, en tenant tête au « mkhzn », c’est à dire à ce régime de l’imposture.
    Ce régime de l’imposture ne craint pas que des médias l’affaiblissent.
    Il compte toujours sur ses employeurs du système colonialo-impérialo-sioniste pour continuer à le protéger.
    Ce régime de l’imposture, « lmkhzn », a du mal à tolérer que quelqu’un du Maroc, ose ne pas se plier à sa tyrannie, à son arrogance, à sa mégalomanie, ose le défier, l’irriter en étant irrévérencieux, et en faisant preuve d’insoumission.

  2. Asçotta WellCaball dit :

    J’aime le texte de Bâ-Salah et l’opinion du Pédagogue !….
    Mais, au Maroc, tout comme dans n’importe quel « État » musulman, il ne peut y avoir de liberté d’expression. Il faut d’abord un bon coup de balai pour éliminer Elmaghzen, c’est-à-dire LE PALAIS et toute la faune qui vit par et pour lui.
    Et puis, au Maroc, a-t-on jamais connu autre chose que les régimes «de l’imposture» ?….
    3:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s